O jour le jOur (suite 2)

 

 

 

la suite sur une nouvelle page

 

 

le 17.10.11

 

 

 

se souvenir des belles choses, savourer ce qui est.

le 12.10.11

 

 

"Cette nuit, toutes les braises ne sont pas mortes.
En me levant dans la pièce sombre, j'ai tout de suite remarqué le minuscule éclat rouge qui persistait au milieu des décombres."

extrait de "Nos cheveux blanchiront avec nos yeux" de Thomas Vinau 

 

 

comment rester debout marcher droit, sans faire déborder les choses, le départ des enfants me donne des vagues de chagrin sans fond je n’ai pas le mode d’emploi, tâtonne tant bien que mal, désordonnée, je suis sans peau.

le 08.10.11

 

 

 

 

9 h 20 ce matin le 02.10.11

 

 

"(...) ménager constamment en nous un espace vide fait d'attente attentive, une ouverture faite d'empathie d'où nous serons en état de ne plus négliger, de ne plus gaspiller, mais de repérer ce qui advient d'inattendu et d'inespéré."

Oeil ouvert et coeur battant. François Cheng

lu au réveil le 02.10.11

 

 

 

18h25 St Martin de la place

éblouie par l'unique coquelicot resté dans un champs

aux abords de la maison, dans la lumière dorée du soir.

le 01.10.11

 

portrait de M. 

01.10.11

ai-je bien fait d'ouvrir ce lieu de peinture ?

que faire pour le faire connaître ?

 

 

 

aujourd'hui cette feuille suspendue dans l'air, le scroutch des feuilles sous mes pieds au bord de la Loire, le mot d'Albane, nos tomates du jardin, l'arrivée de Louise, retrouver mes ami(e)s et dessiner avec eux ce soir, ton sourire au delà de ta fatigue.

le 30.09.11

 

 

 

 

là les chagrins et tout ce qui m'empêche

30.09.11

 

 

liste des petits bonheurs aujourd'hui :

le claquement du jet d'eau sur le goudron, les arbouses dans l'arbre, ma main balayée par le vent à la fenêtre de la voiture, les figues à la chantilly à la terrasse du bistrot rouge, le sourire de Laurence, la douceur de l'air, le livre qui avance, les paperasses que je termine, le petit mot de Juliette, le texto de Louise pour ma fête, le téléphone de Léa pour ma fête, la lumière dans l'herbe ce matin, les fleurs jaunes au bord du fossé.

le 29.09.11 

 

 

 

me procurer Nos cheveux blanchiront avec nos yeux de Thomas VINAU

le 19.09.11

 

la fraternité

le livre avec Catherine c'est un projet commun,

c'est rare pour un peintre de travailler avec quelqu'un d'autre, précieux même, de pouvoir compter sur des échanges, un regard autre que le sien,

s'il sera publié je l'ignore,

mais je l'espère car je crois que c'est un beau projet

le 18.09.11

 

 

 

la suite là : http://ojourlejour.jimdo.com/

 

 

le 21.08.11

 

 

 

20.08.11

 

 

chaque jour un croquis :

qu'est-ce que j'ai envie de garder de la journée ?

regards vers les choses simples du quotidien

19.08.11

 

le 18.08.11

 

 

je ne cherche pas le trait juste,

mais plutôt qu'il se rapproche de ce que je ressens,

ou alors disons juste dans le sens vrai,

un trait qui cherche, hésite, vibre,

comme je vis,

en tâtonnant

le 18.08.11

 

 

 

jardin d'été

Août 2011

 

 

 

île d'Yeu

Août 2011

 

 

 

 

St Gildas de Rhuys :

je mets en route un carnet de ce que je vois au quotidien,

encre de Chine et aquarelle sur papier :

une école du geste juste (pas de reprise avec l'aquarelle, oup's !)

et de l'attention à ce qui est.

semaine du 18.07.11

 

 

 

 

17.07.11

 

 

 

En réponse à Michaël Laurent qui m'a dit ce week-end : "ta peinture est apaisante, elle rassure" je retrouve cet extrait du livre de Philippe Delerm "Le trottoir au soleil"

 

"Avec les mots (les couleurs) rester solaire. Je sais ce qu’on peut dire à ce sujet : l’essentiel est dans l’ombre, le mystère, le cheminement nocturne. Et puis comment être solaire quand l’humanité souffre partout, quand la douleur physique et morale, la violence, la guerre recouvrent tout ? Eh bien peut-être rester solaire à cause de tout cela. Constater, dénoncer sont des tâches essentielles. Mais dire qu’autre chose est possible, ici. Plus les jours passent et plus j’ai envie de guetter la lumière, à plus forte raison si elle s’ame- nuise. Rester du côté du soleil."

(...)

 

 

"L'idéal de l'orchestre n'est pas qu'il n'y ait que des violons. Le violon doit vouloir que le violoncelle soit pleinement violoncelle, que la flûte soit pleinement flûte et que cette différenciation, cette richesse et cette diversité des instruments constituent un orchestre véritablement un"

F. Varillon

 

lendemain de fête : 

l'arbre à souhaits, une chaussure rose de princesse retrouvée

dans le jardin pointure 20, des sourires de tous entre les oreilles, 

ça fait du bien ouh la la que ça fait du bien.

12.07.11

 

 

 

 

où je suis triste mais pas seulement

Louise,

ton départ de la maison

comme un envol vers la vie 

il y a là une armoire bleue à souvenirs chauds 

comme un village d'Afrique en creux,

et demain les choses à venir,

belle route ma fille !

juillet 2011

 

 

 

 

Merci à Anne pour son regard porté sur mes toiles

et l'expo qui découle de nos échanges couleurs-mots

présentée depuis début juillet

sur son site d'édition en ligne : Majuscrit

 

 

 

 

 

 

c'est comme rentrer chez soi, 

découvrir un gingko biloba devant sa porte,

sans savoir qui l'a déposé là

un cadeau une merveille un mystère (...)

le 1er juillet 2011

 

 

 

 

 

 

 

le 30 juin 2011

 

 

 

 

merci !

le 29.06.11

 

 

 

hier j'ai croqué ce petit bout de paradis dans mon carnet

avec le seul bic noir que j'avais sous la main

en réalité tout absolument tout était vert

 

 

 

 

dimanche 26 juin 2011

 

 

 

 

 

 

 

me poser devant ce tableau

le regarder

quelles lumières dans cette nuit ?

le 24 juin 2011


 

 

21 h / savourer la présence des proches

19 h / accueillir la pluie

13 h 40 / choisir les gros cailloux

12 h / recharger les batteries

8 h / enraciner

journée du 23 juin 2011

 

 

 

le 21 juin 2011

 

 

 

Aimez, aimez, tout le reste n'est rien. 

J. de la Fontaine

19.06.2011

 

 

 

 

merci la vie

le 18.06.11

 

 

 

ses carnets de voyage nous donnent à voir

le quotidien du monde comme une terre de ciel

merci Nicolas 

jusqu'au 19.06.11

 

 

 

je veux dire dans ma peinture le passage du brouilli au démêlé,

parler de l'homme traversé, de sa fragilité à son unité, de sa pOssibilité à se construire avec l'Autre, du travail à son espace de paix, de l'intime et du manque nécessaires, j'ai envie d'une écriture spOntanée, pour que puisse peut-être se vOir ce que je ne vois pas, alterner maitrise et lâcher prise, des traits, des taches, des girOulis, des carrés et des rOOOnds.  

A partir du nOir.

Voilà ce que je veux. 

Là c'est dit, y'a plus qu'à. 

le 16.06.11

 

 

 

par choix attendre sans attendre

que quelque chose passe 

dans l'air 

saisir cette parcelle,

la saisir par les yeux ou les oreilles,

l'évidence minuscule mais précise 

et tout s'éclaire

le 15.06.11

 

 

 

 

 

ballade sur les bords de Loire,

sous les arbres pointés de rouge, le long du fleuve

une péniche sur la rive et sa boite aux lettres, 

des coquelicots encore plein, 

j'ai marché à côté de l'eau lentement

comme si je marchais pour la première fois,

comme si je voyais pour la première fois,

me suis dit c'est le premier jour

le 14.06.11

 

 

 

 

c'est le choix d'une voie, la persévérance de tes petits pas, 

et la confiance en tes capacités (oui bien sûr des hauts et des bas, des doutes, de la fatigue et tout et tout)

le fruit de ça c'est que tu l'as eu ma fille ton concours, bravo Camille !

bonne nouvelle du 07.06.11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

sortir, faire des pas, regarder la couleur des roses, sentir le chèvrefeuille, et la douceur de l'air, la danse d'un papillon sur la lavande, et l'herbe entre les doigts de pieds, écouter les oiseaux, rester là sans rien faire un long temps, respirer, le vent dans les arbres, prendre le temps, le temps du baume et de la joie retrouvée, respirer.

le 10.06.11

 

 

 

au départ une idée, pas d'image

le choix du format, 

sa couleur de base, et la texture

ici un fond noir 

attendre que la forme s'impose 

quels pigments, collages ? tissages ?

laisser venir 

 

 

 c'est comme si

 

la nuit

 

avait duré

des années

 

et

 

puis

 

une

pause

 

des pas

 

des rencontres

 

et 

 

lentement

 

le JOUR

 

Une sainte colère est une colère saine. Elle n'est pas à elle-même sa propre fin. (...) Elle permet au sujet d'accéder à ses propres repères, à sa vérité unique, à une liberté intérieure dont il n'a d'abord aucune idée. (...)

"La sainte colère" Lytta Basset

le 02.06.11

 

 

 

 

 

"Mourir est-ce rien d'autre que l'apprentissage d'un langage nouveau, la modulation infinie du verbe partir quand il ne se conjugue plus ?

Je me ferai petit pour apprendre avec elle (lui) de l'intérieur, comment doubler le cap des illusions et atteindre, au large, à cette vie entrevue dans le jardin d'enfance." 

"Le silence n'est plus l'absence de bruits, mais la voix soudain en nous, accordée, complice, de la vie et de l'être. Le temps ne passe plus. Et la terre est enfin bleue comme une orange."

Les derniers planteurs de fumée. Guy Goffette

 

 

 

 

 

 

Martin et Juliette, dimanche 29.05.11

 

 

 

se souvenir des belles choses

le 27.05.11

 

 

 

me souvenir de ce jour : 

petit déj avec Léa, l'histoire d'Esther à la radio, la conversation avec Monique au tel, l'échange avec Marc devant l'école, le carnet Nathanaël de Franck, l'entretien avec Elizabeth Davy la directrice pour présenter l'atelier, le rendez-vous avec l'équipe des instit', et le projet avec Catherine, tout ça rien que le matin, je me dis que mes nouvelles lunettes sont extras, et cerise sur le gâteau une capucine sur la terrasse, c'est énorme.

le 26.05.11

 

24.05.11

 

 

 

j'aime bien cette photo de toi

c'est le geste que tu fais quand tu t'apprêtes à trouver une solution

                                                                           le 23.05.11

 

 

 

 

 

aujourd'hui 21.05.11

je retrouve mon atelier

 

 

 

série "à quoi ça sert les bras" 2

le 20.05.11

 

 

 

Camille vient de passer le CRPE, attend les résultats, aurait une préférence pour une titularisation dans le Grand Ouest à proximité de Nantes.

le 19.05.11

 

 

 

ce matin en sortant de la maison, j'ai aperçu cette première fleur de cosmos, la première de mes semis, à cet instant une légèreté dans l'air

le 16.05.11

 

 

 

 

 

 

 

"Ce qui arrive et ce qui n'arrive pas,

s'il fallait s'en soucier

c'est que nous ne serions pas

vraiment  

IVRES D'ÊTRE"

Eric Ferrari

 

 

histoire de bras 1 (à suivre)

 

fin de semaine, dimanche soir

j'ai envie de dire merci

MERCI 

merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

la vie

le 15.05.11

 

 

le présent,

juste cela c'est déjà beaucoup

aujourd'hui j'ai acheté un nouveau carnet,

il est vert à spirale.

le 13.05.11

 

 

 

 

10.05.11

 

 

 

 

 

partager

à St Etienne de Chigny un week-end troglo-expos aux abords des jardins fleuris : une quinzaine de troglos ouvertes aux artistes et visiteurs,

aperçu en photos du week-end montage vernissage jazz partage et papotages

(voir là travail de Charlotte ma talentueuse cousine)

merci à Catherine Caro et Charlotte

week-end du 30 avril et 1er mai

 

 

 

 

 

 

merci

Léa,  Daniel, Sylvie, mamie de Pauline, Guislaine, Philippe, Mireille, Zoé, Agathe, leurs mots leurs yeux et leurs oreilles

soir du 28 avril 2011

 

 

 

 

vagues

 

 

 

 

c'était fatigant finallement cette course à ses yeux

qu'elle me voit, me dise, me regarde, enfin m'aime un peu,

j'en faisais des tonnes portais plus lourd qu'elle 

et les bras fatigués m'ont dit pose là 

ce ficelé emmélé paqueté

chose faite 

et mon coeur blessé

blessé mais vivant 

dans un murmure : aime, vis, vole

ce matin du 28 avril 2011

 

 

 

 

lui ai dit les mots sans gant

noirs et crus

peut-être pas entendus 

mais sans retenue sont sortis

ici, maintenant, debout.

27 avril 2011

 

 

 

la tendresse c'est un regard qui regarde vraiment

le 26.04.11

 

 

 

va, vis, deviens

Pâques 2011

 

 

 

capucinettes, fenêtre ouverte, ginkgo biloba et pâqueretttes

le 21.04.11

 

 

 

Il est là au plus profond de chacun, au coeur de nos blessures,

de nos contradictions, de nos histoires chaotiques.

le 18.04.11

 

 

 

 

 

week-end du 9 et 10.04.2011

 

 

 

 

"L'humain est par excellence un être de lenteur. Vous ne ferez pas grandir un enfant plus vite que ça n'est possible (...) Nous ne pouvons éviter le nécessaire temps de la réflexion pour comprendre les choses (...)

Ce qui est le plus essentiel prend du temps : apprendre à se parler, à s'aimer, à comprendre le monde, à avoir les mots pour le dire, tout cela c'est du temps nécessaire, et du temps lent (...)

Il y a un consentement d'autant plus difficile qu'il est en distance avec le mode social dans lequel nous sommes (...) l'éloge de la lenteur c'est combattre quelque chose de l'ordre de la performance à tout prix (...)"

Véronique Margron

03.04.11

 

 

 

 

02.04.11

 

 

 

M. Silvestri nous disait : 

"par moments posez le pinceau, et retournez la toile, 

si elle est plus intéressante retournée, allez vous promener, épluchez des pommes de terre ou rangez votre garage"

je me souviens de ses mots parce que souvent j'hésite entre le silence et les mots, le silence souvent permet beaucoup.

en même temps comment se dire se définir se projeter sans mot ?

en ce mOment j'ai l'impression de me récOncilier avec eux,  

leur sincérité, leurs pOssibles, ce qu'ils font germer.

C'est énOrme.

le 01.04.11

 

 

 

c'est à cet endroit,

au moment précis où l'on sent que tout vacille,

il y a quelque chose qui lâche

et l'on s'ouvre à l'immensité du monde :

un geste,

une parole,

un vol d'oiseau,

le murmure d'un cours d'eau...

on s'ouvre à plus grand que soi

le 28.03.11

 

 

 

 

 

j '     a     i     m     e               l    a              l    e    n    t    e    u    r

f a i r e    l e s    c h o s e s    u n e    à   u n e

r   e  g  a  r  d  e  r      l e     v  o  l    d e     l '  o  i  s  e  a  u

t  e     p  r é  p  a r e r     u n     t  h  é

e  t      l  e       m  u  r  m  u  r  e        d  e       l  '  e   a   u

etpourtantjemelaissentrainerdanslacourseenapnéesouventsouventjenevoispasmeslimites

d'êtrehumainjeveuxallerplusloinpluscecioupluscelajenevoisplusquec'est 

de temps et de douceur dont j'ai besoin.

A T T E N T I O  N     F  R  A  G  I  L  E

le 24.03.11

 

 

 

aujourd'hui je termine ça atelierpoissonsrouges.jimdo.com : 

pour un aperçu de ce qu'on y fait, ce qui se vit, ce qu'il permet,

et donner peut-être envie de venir !

le 23.03.11